Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Allah ijib par El Guellil

Publié par The Algerian Speaker sur 10 Décembre 2013, 16:00pm

Catégories : #L'actualité en hommage à Abdou B (le quotidie

El-youm, contrairement à bekri, on ne veut plus changer le monde. On veut en profiter. On veut profiter de tout ce que la société apporte, rêver devant la publicité, consommer ses produits, profiter de tous ses avantages, tout ce que le marketing sait si bien nous vendre. Ouel khedma, Allah ijib. Che Guevara, Mandela, les slogans révolutionnaires, c'est beau, mais seulement sur les T-shirt. De là à s'engager, Allah ijib! Du moment qu'on s'amuse, le reste, takhti rassi.

Pourquoi ? Aalach ? Ça ne sert à rien. On veut que la vie soit comme dans les clips vidéo, avec des jolies filles et des types qui dansent tout le temps et en tout lieu, avec de la musique dans une gaîté perpétuelle: il faut que «ça bouge». La vie, c'est bouger. Changer de look sinon imellouk. Quant au reste, Allah ijib. Tous ces discours, blabla sur le projet de société, le sérieux, l'engagement, c'est d'un ennui ! Un truc de chibani ! L'industrie du loisir et la consommation a créé un monde de divertissement.

Nous, on s'éclatait avec les livres, el-msagher s'éclatent avec la musique. Rap, raï, chaabi, gnaoui. S'éclater, exploser, disparaître, être pulvérisé, sortir de soi, fuir. Tout ce qui peut être contraire à «s'in-vestir», ça marche ! C'est que le monde est devenu un parc d'attractions et la profusion des plaisirs est sous nos yeux, s'impose donc le diktat du désir immédiat, il n'y a plus à penser. Il suffit de suivre la télécommande de la vie, comme devant la télévision. Zappi, zappi, le reste, Allah ijib.

Une époque qui entretient le culte de l'adolescence. Pour exister, il faut pouvoir s'afficher «jeune». Regardez-moi, parlez-moi de moi, flattez-moi, il n'y a que moi qui m'intéresse. Si on se joint à un groupe, c'est seulement avec le désir de se retrouver avec des êtres partageant les mêmes préoccupations immédiates et circonscrites. L'avenir, Allah ijib el-khir…



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents